Les blogs d’actualité douteux, Le Meur…

Publié le par Tommy001

Durant mon étude, j'ai pu avoir un entretien avec une dame de l’AJP. Le premier point qu’elle a abordé, l’un des plus importants peut-être qu’inclut cette étude, c’est le problème qu’ont les blogueurs d’actualité à s’autoproclamer rapidement « journalistes ». Une tendance fréquemment relevée au fil de mes périples sur la toile. J’ai déjà traité de cela dans le dernier post et je pense qu’il serait intéressant d’aller un peu plus loin.

Le journalisme ne s’apprend pas du jour au lendemain. Même si il y a beaucoup à dire, prenons simplement le recoupement de l’information ou encore toute la déontologie du journalisme à connaître et à appliquer. Hors, des cours de déontologie en journalisme ne s’apprennent pas sur le web mais bien en auditoire… Et je ne crois pas que le blogueur d’actu puisse avoir la science infuse dès qu’il s’assied devant son pc.

Pour parler de cela, la professionnelle m’a invité à aller découvrir le petit post de Thomas Bécard sur le blog de Télérama. Il présente l’agence (mal nommée ?) : Blogreporters.fr

« Blogueur à louer

Vous organisez une petite surprise-partie, vous aimeriez garder un bon souvenir de la soirée : n'hésitez plus, grâce à l'agence Blog-event, embauchez un blog-reporter pour couvrir l'événement. Et pas n'importe lequel : pour 600 euros par jour (une paille), vous pouvez carrément vous offrir l'incontournable Loïc Le Meur (pour ceux qui rentreraient tout juste d'un exil forcé de six ans au Groenland, il faut savoir que c'est un entrepreneur hyperactif et hypermédiatisé du petit monde des blogs). A ce prix, défraiement non compris, Loïc (ou un autre) vous écrira six notes par jour, dont deux podcasts, audio ou vidéo. Pas cher, d'autant que selon la charte du blog-reporter, celui-ci doit s'attacher à "produire des articles de qualité sur des sujets professionnels, et en vérifier l'orthographe" (je vous jure, c'est écrit comme ça). Trop blog-cool. »

Des blogueurs qui se prennent trop vite pour des reporters journalistes... Comme Le Meur qui n’est pas journaliste. Ni la plume qui va avec d’après ce que dit la toile qui décrie ses fautes d’orthographe dans ses post publié sur blog-reporter (un sacré problème tout de même pour un média qui se veut crédible !)

De plus, l’un de ses articles fin 2005 commençait par « Emmanuel Parody tu es une merde... » (ne cherchez plus ce titre sur le blog : on agit et on pense ensuite...) Si cela n’est pas de l’anti-déontologie et un sacré affront au métier de journaliste?

On n’apprend pas en école de journalisme à ne pas régler ses comptes sur le média pour lequel on travaille ? Le Monsieur a d’autres antécédents si l’on en croit la toile : texte intéressant sur CEO Bloggers Club qui présente une autre action de Le Meur et qui explique l’intérêt de tenir un blog.

Une définition trouvée sur un blog à propos de Le Meur qui image drôlement ce que la blogosphère pense de lui : « Il y avait les photographes pour les mariages... c'est la déclinaison branchée... »

(Vous aurez noté que plutôt que de m’approprier des commentaires d’autres, je les ai effectivement repris tout en citant tout de même mes sources : une autre base qu’on apprend à l’école et que certains ne pratiquent même pas…) 

Publié dans blognalisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Laurence 06/06/2006 15:44

La différence entre le journaliste qui blogue et le blogueur sont à mon sens :
- véracité de l'information (recoupements, vérifications... cela prend du temps et est bien plus qu'un simple "repiquage" même commenté avec brio)
- publication de l'info quand son origine est connue (et dès lors s'interdire la rumeur)
- s'interdire le plagiat, la calomnie la diffamation...
- bref, respecter la déontologie journalistique que l'on apprend à l'école, sur le terrain en pratique et rappelé par les association/syndicats/unions professionnels
La déontologie, c'est tout ce qui permet la véracité de l'information.
Le journalisme, c'est un métier et il faut que ça le reste car c'est une des garanties de la professionnalisation. Tant mieux si d'autres ont des opinions, tant mieux si des débats existent par-delà, mais quelle garantie d'indépendance, de maîtrise, de qualité etc. de l'information peut donner un  blogueur qui, même s'il y met tout son coeur au nom de sa passion, ne produit pas ses infos de manière "journalistique". Car écrire un article, un billet, diffuser de l'info, cela prend du temps.
Et que l'on arrête de crier aux scandales, manipulations etc.
Bel exemple que celui pré-cité, quand on voit qu'on loue des blogueurs pour faire de la pub...
La communication, un avenir prometteur pour le blogueur. Et communiquer, ce n'est pas informer...
Un bon journaliste est humble. Il travaille pour les autres et non pour satisfaire son ego.
Les journalistes ne s'approprient rien du tout : ils font simplement le métier pour lequel ils sont payés !
 
 
 

mouli 05/06/2006 07:54

Pour répondre très brièvement et sur la forme uniquement au commentaire 3, je dirais que les journalistes prennent souvent un ton moins docte et supérieur que le vôtre. Ils sont souvent moins prétentieux que vous ne semblez l'être.
Et dans leur cursus, ils ont eu une formation à l'orthographe ce qui ne semble pas votre cas.

Paky 02/06/2006 12:15

C'est assez incroyable que les journalistes veulent à tout prix s'approprier l'exclusivité de la diffusion l'information. La manipulation se fait aussi du côté des journalistes, on l'a vu à de nombreuses occasions. Quand à vos informations avant de les diffuser, vérifier les sources et leur mise à jour. Vous avez un mois de retard !!

Phil 31/05/2006 18:40

Douteux... et courtisé : pour votre info, sachez que Loïc Le Meur vient de recevoir l'accréditation officielle du Parti socialiste. On croit rêver, mais non... lire ici : http://www.loiclemeur.com/france/2006/05/vip_au_parti_so.html
Pour ma part je trouve ça scandaleux, quand on voit la teneur des billets du personnage : rien de journalistique... mais très forte audience.

JPhilouis 31/05/2006 17:47

C'est vrai que ça m'agace cette tendance des blogueurs à s'autoproclamer journalistes. Il ne s'agit, en général, que de commentaires plus ou moins originaux d'infos lues ou entendues ailleurs. En revanche, pas de reportage, pas d'Itw...
Que chacun ait une opinion, ça n'est pas nouveau. L'exprimer dans un français plus ou moins correct ne transforme pas le Café du Commerce en salon d'éditorialistes érudits.
Mais les organisations professionnelles ne s'en émeuvent pas et préfèrent courir derrière la mode. Un jour, Le Meur sera payé par une rédaction pour transposer ses fautes sur papier.
Les enseignants, notamment, n'ont jamais compris que les journalistes se mêlent d'être polyvalents et didactiques, ils prennent leur revanche sur la Toile. Et, étrangement, ils se hâtent de se donner le statut de journaliste...
Notre métier doit faire rêver. Tant mieux. Mais ça commence à devenir vulgaire.