Le journalisme et ses sorties de route

Publié le par Tommy001

Si le blognalisme sert à la liberté d’expression pour les journalistes dans des pays où celle-ci est bafouée, à trouver une certaine liberté d’espace ou un autre ton dans la rédaction d’articles, il est aussi une réaction face aux « sorties de routes » qui émaillent le traitement de l’info.

Une envie de rétablir la vérité après trop d’erreurs, d’inexactitudes ou encore de copinage... Une info tronquée dont le lecteur/auditeur/téléspectateur exaspéré ne peut que se contenter…

L’une des premières gaffes importante dans la presse fut probablement celle du 9 mai 1927. Nungesser et Coli, deux aviateurs ont effectué la traversée à bord de l’avion « l’Oiseau Blanc » entre la France et New York. Sûr du succès du voyage, le journal «  La Presse  » annonçait la traversée réussie le matin même où les aviateurs devaient arriver alors qu’on apprendra plus tard que l’avion s’était crashé en mer…

On pourrait encore songer au Noël 2002 avec le premier bébé cloné de la secte des Raëliens (on attend toujours de voir le bébé sur lequel tous les médias s’étaient précipités à l’époque), l’affaire du RER D avec Marie-Léonie Leblanc qui avait porté plainte pour avoir été agressée par des africains/maghrébins anti-juifs dans une rame de métro. Ce qui avait connu un emballement médiatique. Des médias qui ont foncé tête baissée dans les propos d’une affabulatrice.

Sans oublier parmi tant d'autres, la fausse interview de Fidel Castro par PPDA restée dans les annales ou, plus récemment, à l’affaire d’Outreau avec des médias qui auront été relativement influent….

Evidemment, il ne faut pas se voiler la face. Si les supercheries, mensonges et autres manipulations ont toujours été présents en radio et en télévision, ils le sont aussi dans les blogs d’actualité. Mais il est peut-être parfois plus difficile de faire avaler des couleuvres à la blogosphère qu’à l’auditeur ou le téléspectateur. Car si le poste de télévision ou de radio est un média à sens unique, les blogs sont des médias à double sens. A l’heure où il est difficile de caser un droit de réponse, avec les blogs, il suffit d’un clic sur « commentaires » pour y émettre une réaction. Et dès qu’une info est incorrecte, les commentaires fusent. De plus, si les commentaires sont effacés par l’auteur ou si les infos erronées reviennent régulièrement, c’est le blog qui est délaissé par le lecteur. D’où l’intérêt de l’information véridique tant pour l’éditeur que pour le lecteur du blog informatif.

 

Publié dans blognalisme

Commenter cet article